aller au contenu

Restauration des landes

Les Landes de Monteneuf sont aujourd’hui principalement boisées. Elles ont atteint un état de conservation que l’on qualifie de "dégradé" car les arbres ont pris la place des Bruyères et Ajoncs, ce qui a conduit à la fermeture du milieu et à la diminution des espèces typiques des landes.
Le déboisement répond à l’objectif de rétablir un paysage de landes où dominent une flore et une faune caractéristiques de ces milieux. Pour cela, il est nécessaire de couper des arbres et arbustes.

Ces abattages ne sont pas faits au hasard, mais grâce à une cartographie de la végétation qui permet d’identifier les zones qui ont gardé leur potentielle de landes. Ce déboisement offre la possibilité à la végétation typique des landes (ajoncs et bruyères) de reprendre ses droits et de repousser.

Le débardage du bois, c’est-à-dire son transport en dehors du lieu de coupe, peut se faire de façon mécanique, ou, quand le milieu le nécessite de par sa fragilité (flore fragile, présence de mégalithes…), avec l’aide d’un cheval. Le débardage à cheval est privilégié afin de respecter conjointement les patrimoines naturel et archéologique.

Les arbres coupés et débardés sont ensuite exportés, emmenés en dehors des milieux de landes, afin qu’ils ne les dénaturent pas en les enrichissant. En effet, les landes se développent sur des sols très pauvres en nutriments. Les travaux sont réalisés par une entreprise spécialisée dans le génie écologique respectueuse du milieu naturel. Le bois est par la suite broyé en copeaux pour alimenter une chaudière à bois ou transformé en paillage pour les jardins.

Aujourd’hui plusieurs hectares de landes ont ainsi été restaurés. Le paysage, que l’on trouvait à Monteneuf il y a quelques dizaines d’années, se remet en place petit à petit, permettant à des espèces à forte valeur patrimoniale de retrouver de bonnes conditions de vie.

Les chantiers de déboisement ont été réalisés grâce au soutien financier et technique de nos partenaires.

Retrouvez notre dossier sur la restauration des Landes dans le premier numéro de L’engoulevent.