aller au contenu

Entretien des milieux

Afin de préserver les milieux naturels et la biodiversité qui leur est associée, il est parfois nécessaire de les entretenir.
La caractéristique des Landes de Monteneuf est la présence de milieux pauvres, bien que riches en termes de biodiversité. Ces milieux et espèces deviennent de plus en plus rares, notamment en Bretagne, ce qui leur donne une forte valeur patrimoniale. Il convient donc, lors de toute intervention, d’exporter la matière gérée (bois coupé, herbe fauchée, etc.) pour ne pas enrichir les milieux.
A chaque type de milieu correspond des modes d’entretien particuliers.
Les actions d’entretien sont menées avec l’aide technique de la commune de Monteneuf, de bénévoles, ou encore de dispositifs d’insertions, comme PRISME.

Le débroussaillage manuel

Le débroussaillage est la technique employée pour lutter contre les plantes invasives.
Qu’est-ce qu’une plante invasive ?

  • Ce sont des plantes qui sont introduites dans une région par l’Homme (volontairement ou non).
  • Elles sont envahissantes, c’est-à-dire qu’elles se disséminent rapidement et prennent petit à petit la place d’autres espèces.

Les voyages et les échanges partout dans le monde ont favorisé la dispersion de ces espèces qui, une fois acclimatées, peuvent poser de gros problèmes pour l’environnement et la biodiversité.
Le Laurier palme et le Rhododendron sont deux exemples de plantes invasives, tout comme l’arbre à papillons, le Buddléia, originaire de Chine et qui a été introduit en France il y a plus d’un siècle. Les papillons et autres insectes sont attirés par son nectar très odorant dont ils se nourrissent. Mais les chenilles de papillons ne se nourrissent pas de ses feuilles, contrairement à d’autres plantes locales qu’il remplace. Elles périssent donc. Il est donc préférable d’utiliser d’autres plantes (comme le noisetier, le lierre, le genêt...) si l’on veut aider les papillons. Appelées plantes-hôtes, ces espèces locales sont indispensable au cycle de vie des papillons : les femelles papillons y pondent et les chenilles s’en nourrissent.

Laurier palme
Laurier palme
Rhododendron
Rhododendron

Des chantiers participatifs sont régulièrement organisés avec des jeunes en insertion et/ou des bénévoles.


L’étrépage

Entretien d'une mare
Entretien d’une mare

L’étrépage est une technique d’entretien écologique du sol consistant à en décaisser la partie superficielle et à supprimer ou réduire la végétation, afin de réduire les matières organiques et de favoriser ainsi l’installation d’espèces pionnières, tant végétales qu’animales. Sur la Réserve naturelle, cette technique est utiliser au niveau des nombreuses zones humides (mares, tourbières, étangs, cours d’eau...), qui représentent un gros potentiel en termes de biodiversité.
Le déclin des zones humides impactent les espèces qui y vivent et qui deviennent souvent rares et menacées. L’entretien de ces milieux est donc essentiel, notamment quand les mares commencent à se combler de Sphaigne (mousse caractéristique des zones humides, et que les Saules et les Bouleaux les colonisent et les referment petit à petit.


La fauche tardive

Fauche centrifuge
Fauche centrifuge

Comme son nom l’indique, la fauche tardive consiste à faucher des parcelles le plus tardivement possible. Les prairies humides de la Réserve naturelle des Landes de Monteneuf abritent une faune et une flore extrêmement diversifiées. Elles sont fauchées au mois d’août afin de permettre à la biodiversité très présente de s’y développer au mieux. Les prairies humides sont fauchées tous les ans par un agriculteur local (le GAEC des Écotones, installé en agriculture biologique à Guer) avec qui une convention est signée.
Plusieurs précautions sont prises pour conserver et accroître la biodiversité lors des travaux :

  • Afin de favoriser la fuite de la faune lors des travaux, la fauche est effectuée du centre vers la périphérie. C’est ce que l’on appelle une fauche centrifuge, cela laisse notamment le temps au gibier d’aller se réfugier dans une autre parcelle.
  • Afin de conserver un habitat favorable pour la faune, une bande enherbée n’est pas fauchée.
    L’herbe coupée est ensuite mise en rouleaux et servira de litière aux vaches de l’exploitation agricole.
    Ce type de partenariat est essentiel pour la gestion du site.
    Une commission "plan de gestion", constituée des gestionnaires et de volontaires, se réunit régulièrement pour échanger et émettre des avis sur les actions à réaliser.

L’éco-pâturage

C’est une technique d’entretien naturelle et écologique par le pâturage d’animaux herbivores.
Sur la Réserve naturelle, des vaches, des moutons et des chèvres assurent ce rôle.

L’éco-pâturage répond à plusieurs intérêts :

  • Diminuer l’empreinte écologique ;
  • Respecter les sols, notamment ceux à faible portance en zone humide ;
  • Respecter le patrimoine archéologique ;
  • Diminuer le coût de gestion ;
  • Travailler en partenariat avec des partenaires du territoire ;
  • Stopper le développement de certaines espèces invasives ou indésirables sans engins, ni produits chimiques ;

Le roulage des Fougères