aller au contenu

Un site archéologique

L’histoire des Menhirs de Monteneuf

Au Néolithique, l’Homme se sédentarise et commence à défricher la forêt pour développer des espaces agricoles. C’est aussi à cette époque qu’il commence à ériger des menhirs.
Comme toute file de pierres dressées, les Menhirs de Monteneuf, bien visibles dans le territoire, ont suscité l’intérêt ou l’hostilité des civilisations postérieures.
Dès la fin de la préhistoire, ils commencent à être abattus et à tomber progressivement dans l’oubli. C’est au milieu du Moyen-âge qu’ils vont être quasiment tous couchés, à la demande de l’autorité religieuse qui y voit des symboles païens.
Lentement mais sûrement, la végétation recouvre les blocs au sol, et il faudra attendre un incendie, en 1976, pour voir réapparaître ces roches enfouies. C’est le maire de l’époque, féru de préhistoire, qui comprend qu’elles ont un lien avec les trois pierres dressées qui faisaient déjà la réputation du site.

Un site archéologique riche

Classé Monument historique, l’originalité et la richesse de ce site étendu sur plus de 10 hectares reposent sur sa diversité : une quarantaine de menhirs dressées, de nombreuses autres couchés, des monolithes, des affleurements, des allées couvertes, soit un total de plus de 500 menhirs découverts depuis la fin des années 80.
La singularité du site réside dans les traces de manutention des blocs mis à jour : traces de débitage (avec un bloc en cours d’extraction abandonné sur place), éléments de déplacement (rails de bois, sol enfoncé) ou encore de dressage (aire damée).
Au vu des questions qui restent en suspens, les investigations archéologiques se poursuivent sur le site. Il ressort surtout l’état exceptionnel de préservation de ce monument et une attention particulière est portée à sa préservation afin de le transmettre aux générations futures.

Un site archéologique situé sur une réserve naturelle régionale.

La particularité de ce site archéologique est d’être localisé sur la Réserve naturelle des Landes de Monteneuf. L’archéologue et les médiateurs du patrimoine, en charge des recherches et des animations, travaillent donc conjointement avec la conservatrice et le chargé de mission de la réserve. La gestion partagée de ce site est une particularité qui prend sa source dans l’histoire du site des Landes de Monteneuf, au Néolithique. C’est à cette époque que les premiers défrichements de l’Homme permettent aux landes de se développer. Par la suite, c’est cette lande qui offre une protection aux menhirs et permet de préserver le site archéologique.

La conservatrice de la réserve naturelle sur le site archéologique
La conservatrice de la réserve naturelle sur le site archéologique

La recherche d’hier à aujourd’hui

Chantier de prospection
Chantier de prospection

Depuis 30 ans, le site des Menhirs de Monteneuf fait l’objet de recherches archéologiques : fouilles, diagnostic préventif, prospections.

Grâce à la découverte de nombreux vestiges sur le site, les archéologues ont pu appréhender plus précisément les méthodes d’extraction, de façonnage, de déplacement, de redressement et de calage des menhirs. Ils ont évalué la création du site à la fin du Néolithique, il y a 6500 ans, à l’époque où les Hommes récemment sédentarisés pratiquaient la culture des champs et l’élevage et vivaient dans des maisons parfois de très grande taille, faites en bois, en torchis et en chaume. Pourtant, aucun village n’a été retrouvé à proximité des Menhirs de Monteneuf.

Les principaux partenaires

Les orientations stratégiques de mise en valeur de l’archéosite sont rassemblées dans un ouvrage élaboré par un conseil scientifique composé des principaux partenaires agissant pour le site :

  • de l’Oust à Brocéliande communauté, propriétaire et principal financeur des équipements et des activités proposées sur le site ;
  • l’Association les Landes, gestionnaire scientifique et touristique du site ;
  • le Service Régional d’Archéologie, et les architectes des bâtiments de France, au sein de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, en charge de la protection du patrimoine ;
  • le comité de pilotage de la Réserve naturelle régionale des landes de Monteneuf.