Accueil du site Centre de découverte et d'hébergement Menhirs de Monteneuf - Archéosite de Brocéliande Réserve naturelle régionale des Landes de Monteneuf Actualité et Vie du Territoire

Ptéridaies

Les fougères, du nom scientifique Ptéridophytes, sont des plantes considérées comme forestières. Sur les landes de Monteneuf, la fougère aigle occupe une grande partie des milieux et peut devenir envahissante.

Colonisant landes, prairies et boisements, les fougères s’accaparent tous les milieux. En formant une couverture végétale très dense, elles étouffent petit à petit toutes les autres plantes si bien qu’elles seules peuvent se développer dans ce que l’on appelle une ptéridaie. Ces friches peuvent être faiblement à moyennement boisées par des bouleaux ou des chênes. Elles ont peu d’intérêt en terme de biodiversité même si certaines espèces peuvent y trouver refuge.

JPEG - 92.1 ko
Ptéridaie
JPEG - 108.8 ko
Bruant jaune

Quelle est la différence entre une espèce envahissante et invasive ?

Originaire de la région, la fougère aigle trouve des conditions optimales pour se développer si bien qu’elle domine toutes les autres espèces. Étant la plus compétitive, elle s’accapare les ressources et l’espace excluant le développement des autres plantes. Il s’agit d’une espèce envahissante : elle bouleverse et modifie l’écosystème entrainant notamment une perte de biodiversité.

Une espèce invasive provoque les mêmes conséquences à une grande différence : elle est étrangère c’est à dire qu’elle a été introduite le plus souvent par l’homme. Ne possédant aucun prédateur naturel, elles peuvent proliférer librement et prendre la place des espèces locales. Les espèces invasives peuvent être également appelées des espèces exotiques envahissantes.

Exemple de plante invasive : l’arbre à papillons

Originaire de Chine et connu sous le nom d’arbre à papillons, le buddléia a été introduit en France il y a plus d’un siècle. Ses qualités ornementales et son attractivité pour les papillons sont bien connues mais c’est aussi un arbuste invasif. Il se propage dans les milieux naturels où il pose problème en concurrençant et remplaçant les plantes locales.

Les papillons et autres insectes sont attirés par son nectar très odorant dont ils se nourrissent. Cependant, les chenilles de papillons ne se nourrissent pas des feuilles du buddléia comme d’autres plantes locales qu’il remplace. Et c’est bien connu, il n’y a pas de papillons sans chenilles ! Il est donc préférable d’utiliser d’autres plantes si l’on veut aider les papillons comme le noisetier, le lierre, le genêt... Appelées plantes-hôte, ces espèces locales sont indispensable au cycle de vie des papillons : les femelles papillons y pondent et les chenilles s’en nourrissent.

Copyright © 2011-2017 Association Les Landes • Mentions légales
SPIP • Graphisme: Laurent Mikolajczak • Intégration web: Bcld.net